La CAPEB accueille favorablement les mesures d’apaisement annoncées par le Premier Ministre et l’ouverture d’un grand dialogue constructif pour la transition énergétique

Ed ph

Patrick Liébus, président de la CAPEB : « Le secteur du bâtiment, qui s’était ému des « non-décisions » gouvernementales de la semaine dernière, accueille favorablement le moratoire annoncé par Edouard Philippe. Je souhaite que la suspension des augmentations fiscales contestées permette de réconcilier les forces vives de notre pays. Les entreprises du bâtiment approuvent par ailleurs les propos du Premier Ministre, qui fait appel aux acteurs économiques pour poursuivre la transition énergétique des logements. La CAPEB, ses représentants nationaux et locaux, participeront au grand débat et seront force de propositions en faveur du secteur. »

La CAPEB qui défend depuis plusieurs mois l’efficacité écologique et économique des dispositifs fiscaux, tel le CITE, auprès des pouvoirs publics, accueille favorablement le moratoire fiscal proposé par le chef du Gouvernement. Nous saluons tout particulièrement la suspension de la suppression brutale du taux réduit de TICPE sur le gazole non routier pour les entreprises du bâtiment. L’ensemble du secteur espère que ces mesures d’apaisement s’accompagneront d’un retour au calme dans le pays. Les entreprises du bâtiment commençaient à subir une gêne d’approvisionnement dommageable pour leur activité et pour l’économie de proximité dans son ensemble.

Patrick Liébus, le président de la CAPEB, se dit prêt à participer dans les six mois à venir au grand débat national que le premier ministre appelle de ses vœux, ainsi que la consultation de la filière pour accélérer la transition énergétique que les ministres concernés vont solliciter avant la fin de l’année. Le moratoire sur les taxes est certes une bonne nouvelle, mais le Gouvernement doit désormais s’engager durablement et prendre des mesures constructives. L’une des premières étapes est de « réussir » la nouvelle version du CITE : le dispositif d’aides aux travaux, que ce soit sous la forme de prime ou de crédit d’impôt, doit être élargi aux fenêtres et ainsi sanctuarisé.

« L’urgence à agir pour la transition énergétique dans le bâtiment est triple. Elle est écologique bien sûr, car nous devons sans délais réduire drastiquement l’impact carbone du chauffage sur la planète. Elle est économique aussi, car les entreprises qui sont en première ligne pour réaliser les travaux de performance énergétique sont aussi au cœur de la croissance verte. Enfin, l’urgence est sociale : nous devons en finir au plus vite avec les passoires thermiques pour résoudre le drame de la précarité énergétique qui touche près de 7 millions de Français », explique Patrick Liébus.

 

 

04/12/2018 14:47
Par Admin
<< Retour
05 Sep
Tva5

TVA : le Premier ministre répond clairement à la CAPEB

Notre mobilisation en faveur du maintien du taux réduit de TVA sur les travaux de rénovation énergétique a payé !

Le Premier ministre a écrit à un député de la Mayenne sans ambiguïté : "le Gouvernement n'envisage pas de proposer, dans le projet de loi de finances pour 2019, un relèvement du taux de TVA pour les travaux de rénovation énergétique".

Voir
Credit dimpot

CITE 2018

Le Crédit d’Impôt pour la Transition énergétique a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2018.

Voir